Dégénérescence fronto-temporale (DFT) - Programme international GENFI à Lille

Soutien de programmes de recherche 2017
Publié le 20/01/2018

Responsable du programme 

Maxime BERTOUX

Centre Mémoire de Ressource et de Recherche du Centre Hospitalier Universitaire de Lille.

Résumé 

La dégénérescence fronto-temporale (DFT) est une cause fréquente de maladie dégénérative, d’une prévalence approximativement égale à celle de la maladie d’Alzheimer chez les moins de 65 ans. Entraînant une dégénérescence progressive des cortex frontaux et/ou temporaux et d’importants troubles comportementaux et cognitifs, la DFT représente un enjeu médical et de santé publique, sondiagnostic restant difficile – étant souvent confondue avec la maladie d’Alzheimer - et aucun traitement n’existant à ce jour.

Actuellement, le seul facteur de risque connu de la DFT est génétique : 30 à 40% des patients ont une histoire familiale dont la moitié ont une forme génétique autosomique dominante de la maladie. La connaissance des gènes impliqués permet désormais l’étude des formes présymptomatiques, donc l’accès à l’histoire préclinique des DFT chez les personnes porteuses de la mutation. Jusqu’à présent, les études sur les formes génétiques pré-symptomatiques de la DFT se sont majoritairement limitées à des études de cas, mais un consortium international, GENFI (Genetic Frontotemporal Initiative), coordonné par l’University College London (UK) a été formé pour mettre en commun les ressources et données de centres experts en Europe et au Canada. A travers 9 pays, la nouvelle phase de l’étude souhaite évaluer 1000 patients ou personnes porteuses de mutation à travers un protocole d’évaluation cognitive, comportementale, d’imagerie et biologique commun. Il appartient à chaque centre expert de financer le recrutement de ses propres participants pour s’affilier au consortium. L’affiliation ouvre la porte à d’innovantes collaborations internationales et permet l’accès et l’exploitation de la base de données du consortium. A ce jour, aucun centre Français n’est membre de GENFI. Le programme de recherche translationnel GENFI-Lille vise à l’intégration du Centre Mémoire de Ressources et Recherche (CMRR) du CHU de Lille, dirigé par la Pr. Florence Pasquier, au consortium GENFI. Historiquement centre expert de la DFT et par ailleurs centre de compétence DFT, le CMRR souhaite reprendre sa place de leader national dans la recherche sur la DFT et revenir au premier plan international de la recherche dans ce domaine. Ce projet passe par l’intégration du CMRR à GENFI. Par ce projet, le CMRR souhaite également améliorer l’engagement des patients et de leur famille, concernées et volontaires pour participer à la recherche.

Les objectifs de GENFI sont d’identifier les biomarqueurs de la DFT avant les premiers changements cliniques, de caractériser ces biomarqueurs pour chaque sous-type génétique et d’identifier leur capacité à prédire le début et la progression de la maladie. Le but de GENFI est ainsi de déterminer la fenêtre thérapeutique idéale de la maladie, d’apporter des mesures pour évaluer les effets d’une intervention thérapeutique et d’ouvrir ainsi la voie à de futurs essais cliniques. Par ailleurs, les objectifs de GENFI-Lille sont également d’étudier les processus neurocognitifs de cognition sociale et affective dans la DFT et de mettre à jour les possibles différences culturelles des participants des différents pays pour étudier l’impact de la culture sur la cognition sociale. Avec un objectif de 1000 participants inclus dans GENFI, ces projets de recherche permettront l’utilisation de méthodes statistiques et d’imagerie novatrices. GENFI et GENFI-Lille auront un fort impact sur le plan clinique et scientifique, notamment par une caractérisation accrue des différentes formes génétiques de la DFT, une amélioration de la qualité et de la précocité du diagnostic clinique et biologique, une compréhension des mécanismes neurocognitifs permettant les interactions sociales et la mise à jour de l’impact de la culture locale sur la cognition.

Montant du financement : 19 000  euros 

Sauver des cerveaux en début de vie et aider à mieux les protéger en fin de vie sont parmi les objectifs essentiels de la Fondation

Qui sont Thérèse et René Planiol ?

En savoir plus

Déjà plus de 70 projets de recherche récompensés ou aidés

Soutenez la Fondation