Thérèse Planiol

Publié le 12/04/2017

Thérèse Marguerite PLANIOL, née DUPEYRON                                                          

Née à Paris (18e) le 25 décembre 1914v ; décédée à Varennes (Indre-et-Loire) le 8 janvier 2014.

Médecin et biophysicienne

Thérèse Dupeyron est née de père inconnu. Abandonnée par sa mère à l’âge de trois mois, elle est placée par l'Assistance Publique de Paris dans une famille d'accueil de Sauxillanges (Puy-de-Dôme).

Son intelligence est vite remarquée par son institutrice qui obtient qu’elle suive des études secondaires au lycée Blaise Pascal à Clermont–Ferrand (Puy-de-Dôme). Bachelière précoce, elle devient l'une des secrétaires de Louis Mourier, directeur général de l'Assistance Publique de Paris. Alors qu'elle voudrait être médecin, celui-ci l'autorise à suivre une licence de sciences, qui se révélera très utile pour sa future carrière. Serge Gas, successeur de Louis Mourier, lui permet de s'inscrire à la faculté de médecine ; elle devient externe des hôpitaux de Paris durant les années de guerre 39-45. Brillante et travailleuse acharnée, elle est nommée - non sans mal en raison du sexisme de l’époque - au concours de l'internat des hôpitaux de Paris de 1947.

Ambitionnant de devenir neuro-pédiatre, elle va rencontrer deux hommes qui lui seront d’une aide précieuse et auxquels elle restera très attachée : le professeur Robert Debré (1882-1978) : il lui remettra la Légion d’honneur, et son chef de clinique Maurice Tubiana (1920-2013). A son retour de Berkeley (États-Unis) ce dernier lançait des programmes de médecine nucléaire. Il guidera Thérèse dans la préparation d’une thèse de doctorat (qui deviendra une référence internationale) sur l'étude isotopique par le sodium radioactif des méningites tuberculeuses des jeunes enfants. Ce travail déterminera son orientation vers la physique médicale. Elle se passionne alors pour les applications des radio-isotopes (médecine nucléaire) en neurologie, une spécialité dont elle sera un des pionniers au plan mondial.

Son mari, René Planiol (1900-1979), physicien, l’aidera pour la conception et la réalisation d’appareils prototypes nécessaires à la détection des tumeurs cérébrales par radio-isotopes (il lui fera connaître les grands physiciens comme Frédéric et Irène Joliot, Francis Perrin, …). En parallèle, elle développe les toutes premières applications de l'échographie cérébrale pour la détection des hématomes et des tumeurs.

Admise d’abord comme chercheur à l'Institut national d'hygiène (devenu INSERM), Thérèse Planiol devient ensuite biologiste des hôpitaux à la Pitié-Salpêtrière à Paris, où elle est l'assistante du Professeur Herman Fishgold, chef du service d'électroradiologie. Elle y met en place les bases de la gamma-encéphalographie et de l'écho-encéphalographie ultrasonore.

Tout en conservant ses fonctions hospitalières à Paris, elle est nommée à Rouen (Seine-Maritime) en 1967 au concours d'agrégation de physique médicale et devient la première femme professeur agrégé de médecine en France.

En 1968, elle quitte Paris et Rouen pour Tours où elle est accueillie par les professeurs Georges Desbuquois* et Émile Aron*. Son ambition est d'associer des médecins et des ingénieurs pour créer un grand service d'explorations fonctionnelles non invasives au Centre hospitalier et universitaire (CHU) Bretonneau, ainsi qu'un laboratoire de biophysique à la faculté de médecine. Elle donne rapidement à ces structures une réputation mondiale en s’appuyant essentiellement sur :

  • Léandre Pourcelot, ingénieur, avec lequel elle fonde la Société française pour l'application des ultrasons en médecine et biologie (SFAUMB) en organisant son premier congrès à Tours en novembre 1972. Elle en devient alors la première présidente. Elle participe l'année suivante à la création de la Fédération européenne des ultrasons en médecine et biologie (EFSUMB).
  • Mireille Brochier, cardiologue (qui lui remettra la cravate de commandeur de la Légion d’honneur) et Roland Itti, physicien, avec lesquels elle met au point la cardio-imagerie isotopique. Thérèse Planiol sera présidente de la Société française de biophysique et en organisera le premier congrès à Tours, également en 1972.
  • Jean-Claude Besnard, pharmacien, qui installera dans son équipe l'immuno-diagnostic isotopique indispensable à l'endocrinologie, à la cancérologie et à l'infectiologie.

L’école de biophysique tourangelle devient rapidement une pépinière de talents et l'une des meilleures sur le plan mondial. Pendant douze ans, de 1968 à 1980, Thérèse Planiol coordonne très activement des recherches de haut niveau dans le domaine de l'imagerie médicale du fœtus à l'adulte. Ces travaux permettront par la suite le développement de trois services de médecine nucléaire et d’échographie au CHU de Tours, ainsi que la création de plusieurs équipes de recherche reconnues au plan international.

Femme de conviction, attentive, et proche de ses collaborateurs, Thérèse Planiol a su transmettre son enthousiasme et son goût pour la perfection à l'ensemble de son équipe. Retirée de la vie hospitalo-universitaire en 1980, elle accueillera dans son château de Saint-Senoch, à Varennes, des réunions scientifiques nationales et internationales, ainsi que des concerts de haut niveau. Elle a publié plusieurs ouvrages : un livre de références sur le diagnostic des lésions cérébrales par radio-isotopes, une autobiographie rééditée deux fois, une étude du parcours de femmes médecins et un recueil de ses poèmes. Une rue porte son nom à Sauxillanges (Puy-de-Dôme) et une autre à Saint-Avertin (Indre-et-Loire).

 Professeur honoraire de la faculté de médecine de Tours, Officier de l’Ordre national du mérite (1980), commandeur de la Légion d’honneur (2011), Thérèse Planiol a donné son nom à la promotion 2012 des docteurs de l’université de Tours. Elle fut honorée entre autres du prix du Rayonnement Français en 1986, du von Hevesy Prize en 1989 et de la médaille Antoine Béclère en 1996. Elle fut vice-présidente du XVIe congrès mondial de radiologie  à Paris en 1989.

Pour poursuivre son œuvre en faveur de la recherche sur le cerveau, elle décide en 2003 de créer, sur ses fonds propres, la "Fondation Thérèse et René Planiol pour l'étude du cerveau". Cette fondation sera reconnue établissement d'utilité publique en février 2005. Thérèse Planiol a fait de cette fondation sa légataire universelle. La petite fille abandonnée était devenue une très grande Dame…

Article rédigé par Léandre Pourcelot

Quelques ouvrages de Mme Planiol

Diagnostic des lésions intra-craniennes par les radio-isotopes (gamma-encéphalographie).
Masson Editeurs.1959

Radio-isotopes et affections du système nerveux central.
Masson Editeurs. 1965

Une femme, un destin
Editions Rive Droite 1995

Herbes folles hier, femmes médecins aujourd'hui
Editions Cheminements 2000

Quelque chose... d'autre...(poèmes)
Editions Rive Droite 2007

Sauver des cerveaux en début de vie et aider à mieux les protéger en fin de vie sont parmi les objectifs essentiels de la Fondation

Qui sont Thérèse et René Planiol ?

En savoir plus

Déjà plus de 60 projets de recherche récompensés ou aidés

Soutenez la Fondation