Apport de la TEP [18 F AV 45] dans le diagnostic précoce des syndromes d'atrophie corticale focale de type aphasie progressive et syndrome de Benson

Soutien de programmes de recherche 2011
Publié le 15/05/2017

Responsable du programme 

Dr Hommet Caroline

UMR INSERM U930 - CNRS FRE 2448 -Equipe 4 "Troubles affectifs, Hôpital Bretonneau Tours France

Résumé 

La maladie d'Alzheimer est la première cause de démence dégénérative. Cette maladie se caractérise par l'apparition et l'aggravation progressive d'un déclin cognitif, touchant classiquement la mémoire pour s'étendre progressivement aux autres fonctions cognitives (capacités de jugement, langage, attention, capacités visuo-spatiales...), associé à des troubles des affects et des modifications de la personnalité.
Tous ces symptômes vont retentir progressivement sur l'autonomie du sujet. D'autres maladies neurodégénératives, encore appelées syndromes d'atrophie corticale focale, s'apparentent à cette maladie mais touchent souvent les sujets plus jeunes et sont caractérisées par un trouble prédominant dans un domaine cognitif précis. Ces tableaux portent le nom d'aphasie progressive primaire lorsqu'ils touchent le langage et de syndrome de Benson lorsqu'ils affectent l'identification visuelle et/ou le repérage dans l'espace. On sait encore peu de choses sur les processus neuropathologiques de ces affections du système nerveux. L'utilisation de nouvelles techniques d'imagerie cérébrale, dites d'imagerie moléculaire, nous permet maintenant de repérer précocement les lésions cérébrales dégénératives sous jacentes, en particulier les plaques amyloïdes.
Nous proposons dans ce travail de localiser et quantifier la charge en lésions amyloïdes dans l'aphasie progressive et le syndrome de Benson, grâce à l'utilisation de la Tomographie par Emission de Positons : TEP [18 F] AV45. Cette technique d'imagerie, que nous développons déjà dans l'unité U 930 dans la maladie d'Alzheimer, devrait nous permettre d'améliorer le diagnostic précoce des syndromes d'atrophie corticale focale, dont le diagnostic est souvent difficile, et ainsi de proposer une prise en charge adaptée. De plus, une meilleure compréhension des processus pathologiques impliqués dans ces maladies nous permettra de pouvoir proposer, lorsqu'ils seront disponibles, des thérapeutiques spécifiques). 

Montant du financement : 20 300 euros 

Sauver des cerveaux en début de vie et aider à mieux les protéger en fin de vie sont parmi les objectifs essentiels de la Fondation

Qui sont Thérèse et René Planiol ?

En savoir plus

Déjà plus de 60 projets de recherche récompensés ou aidés

Soutenez la fondation