Dr Batty Magali

Aide à la mobilité 2010
Publié le 18/05/2017

Structure d'acceuil 

Toronto, Canada 

Pr. Margot Taylor, The Hospital for Sick Children, Functional Neuroimaging Center, Toronto, Canada

RÉSUMÉ

L'autisme est un trouble neuro-développemental caractérisé par une atteinte de la communication, de la socialisation et par des activités sensori-motrices restreintes. Malgré ces déficits caractéristiques de la population autistique, des îlots d'habiletés sont fréquemment rapportés (capacités dans des tâches visuo-spatiales, d'encastrement, …), même s'ils ne font pas partie du diagnostic, ils étaient déjà rapportés dans les travaux initiaux de Hans Asperger (1944). A côté de ces capacités supérieures à la normale retrouvées dans l'ensemble de la population autistique, certains présentent également des capacités " extraordinaires " ou surcapacités. Plus rarement exprimées, mais très impressionnantes et largement médiatisées, elles peuvent concerner différents domaines et notamment celui du calcul (calendriers, détection de chiffres premiers, estimation de la quantité (O. Sacks, 1985) ou plus largement l'arithmétique). 
Bien que la co-occurrence de déficits et d'une surcapacité puisse paraître étrange, il semblerait que ces deux caractéristiques du syndrome autistique aient des bases communes. La théorie de faible cohérence centrale (Frith,1989) ou encore celle du sur-fonctionnement perceptif (Mottron & Burack, 2001 ) ont mis en évidence un intérêt extrême porté aux détails et un traitement perceptif local privilégié dans l'autisme par rapport à une prédisposition pour un traitement global, classiquement retrouvée dans la population ordinaire. Les îlots d'habileté tout comme les capacités spécifiques rencontrées chez les autistes peuvent être interprétés comme résultant d'un accès privilégié aux plus bas niveaux de l'information sensorielle. Ainsi, l'attention extrême portée aux détails semble prédisposer à la mise en place de 'talents' (Baron-Cohen et al., 2009). 

Objectif de la recherche : 

  • Dans le cadre de ce projet collaboratif, nous nous proposons d'étudier les corrélats neurophysiologiques sous tendant les surcapacités observées dans la pathologie autistique. Pour se faire nous avons choisi de mettre en oeuvre un protocole d'estimation de la quantité. Il s'agit pour les sujets d'évaluer la quantité de points (éléments locaux) constituants une stimulation visuelle (signifiant global). Cette tâche mettra en oeuvre un traitement perceptif à la fois local et global tout en évaluant un domaine de compétence spécifique. 

Résultats attendus et applications dans le domaine médical 

  • Les théories récentes nous laissent à penser que l'arrangement des points en une forme globalement signifiante devrait altérer les performances des sujets contrôles sans affecter celles des sujets autistes. Nous souhaiterions ainsi mettre en évidence les bases neurophysiologiques sous-tendant cette différence. Ces indices devraient être précoces et reflétés les premières étapes du traitement sensoriel, ils pourraient également être corrélés aux capacités visuo-spatiales des sujets. L'identification de ces substrats neurophysiologiques nous offrira une meilleure connaissance des mécanismes à la base de ces surcapacités. Nous pourrons alors évaluer si la mise en place de telles capacités s'est faite au détriment d'un autre processus cognitif et donc d'évaluer dans quelle mesure il est souhaitable de solliciter les talents exprimés par ces enfants.

Durée et but du séjour 

 5 mois pour réaliser l'étude du:" Traitement sensoriel et capacités supérieures dans l'autisme 

Montant du financement : 7 500 euros 

Sauver des cerveaux en début de vie et aider à mieux les protéger en fin de vie sont parmi les objectifs essentiels de la Fondation

Qui sont Thérèse et René Planiol ?

En savoir plus

Déjà plus de 60 projets de recherche récompensés ou aidés

Soutenez la fondation