Les actions de la Fondation

Aide à la mobilité 2012

Dr Mathieu Lemaire (Equipe "Troubles affectifs", Inserm 930, Tours)
Dr Emilie Maux (Equipe "Autisme", Inserm 930, Tours)

Bénéficiaire : Dr Mathieu Lemaire
Equipe "Troubles affectifs", Inserm 930, Tours

Structure d’accueil : Professeur Philippe Fossati, Centre Émotion, USR 3246 CNRS, Hôpital Pitié-Salpêtrière, Paris.

Durée et but du séjour : 6 mois pour "l'Étude des perturbations émotionnelles durant les troubles de l'humeur"

Résumé : Le trouble bipolaire de l'humeur (anciennement trouble maniaco-dépressif) est un trouble fréquent, récurent, sévère et invalidant. En effet, ce trouble touche 1 à 2 % de la population et fait partie des 10 maladies les plus invalidantes dans le monde. La mortalité des patients bipolaires est 2 à 3 fois supérieure à celle de la population générale. Ce trouble débute en général entre 15 et 30 ans, et se caractérise par des fluctuations importantes de l'humeur avec des périodes durant lesquelles l'humeur est très basse (phases dépressives) et des périodes durant lesquelles l'humeur est très haute (phases maniaques). Les phases dépressives représenteraient 30 à 50 % de la vie des patients bipolaires et les phases maniaques environ 10 %. Les patients bipolaires vivraient donc, malgré les traitements dont on dispose, jusqu'à 60 % de leur vie avec des perturbations sévères de l'humeur avec des conséquences vitales (10 à 20 % des patients décèdent par suicide), mais aussi sociales, familiales, économiques…

Lorsque l'humeur est relativement stable, on parle de phase euthymique. On a longtemps pensé que les patients bipolaires n'avaient aucun symptôme durant cette phase. Or, des études montrent une persistance de symptômes résiduels durant la phase euthymique. Ces symptômes pourraient être des anomalies de la réactivité émotionnelle. En effet, certaines études ont montré une hyperréactivité émotionnelle chez ces patients. Cependant, les données de la littérature sont contradictoires et les caractéristiques de la phase euthymique ne sont pas parfaitement connues. Pourtant, mieux caractériser cette phase et les symptômes qui y persistent permettrait de mieux comprendre les mécanismes qui entraînent des rechutes en phases maniaques ou dépressives.

L'objectif de cette recherche est donc de mieux caractériser les perturbations émotionnelles durant la phase euthymique du trouble bipolaire, mais aussi de caractériser les perturbations émotionnelles durant les autres phases de la maladie ou durant d'autres troubles de l'humeur. Une meilleure compréhension des perturbations émotionnelles dans les troubles de l'humeur est un préalable à l'élaboration et à l'évaluation de stratégies thérapeutiques qui viseraient spécifiquement ces perturbations dans le but d'améliorer la qualité de vie des patients et de prévenir les rechutes dépressives ou maniaques.

Mots clés significatifs : Troubles de l'humeur, trouble bipolaire, dépression, perturbations émotionnelles

Montant du financement : 5 000 euros



Les actions de la fondation - Aide à la mobilité

Réalisation et référencement Web Office | www.weboffice31.fr