Les actions de la Fondation

Aide à la mobilité Janvier 2008

Dr Lamirel Cédric (CHU Angers et CNRS Pitié Salpétriêre)

Dr Audrey Perrotin (UMR CNRS-Univ François Rabelais, Tours)

Bénéficiaire : Dr Audrey Perrotin
UMR CNRS-Univ François Rabelais, Tours

Structure d’accueil : Prof William J. Jagust, Helen Wills Neuroscience Institute, University of California, USA

Durée et but du séjour : 12 mois pour étudier les "les bases cérébrales de la métamémoire au cours du vieillissement"

Résumé :

Le projet de recherche proposé vise à étudier les bases cérébrales de la métamémoire au cours du vieillissement. La métamémoire est un processus cognitif qui permet à chacun d'évaluer sa propre mémoire et d'en réguler le fonctionnement. En ce sens, la métamémoire joue un rôle essentiel dans le fonctionnement de la mémoire et son étude est d'un intérêt fondamental pour la compréhension des altérations de la mémoire. Dans la maladie d'Alzheimer où les troubles de la mémoire sont au premier plan, il semble également exister un déclin des capacités métamnésiques. Par ailleurs, les régions cérébrales qui sous-tendent la métamémoire sont encore mal définies. L'ambition de ce projet de recherche est d'enrichir les connaissances sur les bases cérébrales de la métamémoire et de mettre ces connaissances au service de l'étude des démences neurodégénératives associées au vieillissement. Le 1er objectif du projet est d'examiner les structures cérébrales impliquées dans le fonctionnement de la métamémoire sur un large échantillon d'individus âgés sains. Pour cela, des mesures du volume des régions cérébrales obtenues par la technique d'Imagerie par Résonance Magnétique (IRM) seront mises en relation avec des mesures évaluant la métamémoire. Le 2e objectif est d'observer si des individus âgés encore cliniquement sains mais qui présentent les marques cérébrales de la maladie d'Alzheimer (les dépôts amyloïdes), montrent spécifiquement un déclin de leur métamémoire. Ces individus seront identifiés grâce à une nouvelle technique d'imagerie qui permet de détecter in vivo la présence des dépôts amyloïdes dans le cerveau. Puis les performances de métamémoire des individus qui ont ces dépôts amyloïdes seront comparées à celles de sujets contrôles sans dépôts amyloïdes dans le cerveau. Cette approche visant à étudier les fonctions cognitives en relation avec leurs bases cérébrales est proposée comme un moyen de progresser dans la connaissance neuroscientifique et d'améliorer le diagnostic précoce de la maladie d'Alzheimer. Dans le contexte du vieillissement général de la population et l'augmentation des maladies neurodégénératives qui y est associée, c'est en améliorant la connaissance des mécanismes cérébraux à la base des troubles cognitifs qu'il sera possible d'améliorer la capacité à prédire ces déclins et de modifier leur évolution.

Mots clés significatifs : métamémoire ; vieillissement ; maladie d'Alzheimer ; techniques d'imagerie cérébrale.
Montant du financement : 7 500 euros



Les actions de la fondation - Aide à la mobilité

Réalisation et référencement Web Office | www.weboffice31.fr