Les actions de la Fondation

Prix Jeune Chercheur 2011

Melle Ophélia Godin

Pathologies vasculaires et démences au cours du vieillissement


Le Prix Jeune chercheur 2011 de la Fondation
a été remis à Melle Ophélia Godin
à l'occasion de la 14ème Semaine du Cerveau
le mercredi 14 mars 2012 à 19H00 salle des Mariages à l'Hôtel de Ville de Tours


O Godin et L Pourcelot
Melle Ophélia Godin et Léandre Pourcelot (Trésorier)
lors de la remise du Prix de la Fondation


Ophélia Goadin est une jeune chercheur en neurobiologie, elle effectue ses recherches au sein de l'unité Inserm 708 "Neuroépidémiologie" (dirigée par le Dr Christophe Tzourio) à l'hôpital Pitié-Salpétriêre à Paris. Son travail concerne les relations entre les pathologies vasculaires et le risque de déclin cognitif chez les personnes âgées, elle utilise pour cela l'imagerie cérébrale


Résumé :

La démence est la maladie neurologique la plus fréquente chez les personnes âgées et constitue une des causes majeures de la perte d'autonomie et le principal motif d'institutionnalisation. On estime que 5% des personnes âgées de plus 65 ans sont atteintes de démence, soit 800 000 cas en France en 2008, et cette prévalence double approximativement tous les 4 ans pour atteindre plus de 30% chez les personnes de plus de 80 ans. L'âge est le principal facteur de risque de démence. Depuis quelques années, des études suggèrent que des facteurs de risque vasculaires pourraient également favoriser l'apparition de la démence bien que les mécanismes permettant d'expliquer ces relations sont encore mal connus. Grâce aux nouvelles techniques d'imagerie cérébrale dont l’Imagerie par Résonance Magnétique (IRM), il est possible de quantifier et localiser des modifications neuro-anatomiques chez les sujets âgés. Ces modifications sont  principalement constituées de l'atrophie cérébrale (diminution du volume cérébral global ou du volume d’une région spécifique plus particulièrement l’hippocampe) et de lésions d’origine vasculaire.
Nous avons donc étudié les relations entre  les modifications cérébrales visibles à l'IRM et la détérioration cognitive. Nos résultats montrent que les phénomènes neurodégénératifs et les lésions vasculaires sont concomitants et interagissent dans le mécanisme conduisant à la démence. De plus, nos données suggèrent également qu’un traitement antihypertenseur pourrait ralentir la progression des lésions vasculaires, offrant de nouvelles perspectives pour la prévention de la démence

 

Laboratoire où a été réalisé le travail : UMR Inserm 708, Hôpital de la Salpêtrière 75651 Paris Cedex 13.

 


On en a parlé dans la Nouvelle République du Centre Ouest



Les actions de la fondation - Prix Jeune Chercheur

Réalisation et référencement Web Office | www.weboffice31.fr