Les actions de la Fondation

Prix Jeune Chercheur 2007

Mme Julie Vidal

Etude neurophysiologique des interactions auditivo-visuelles au cours du développement normal et dans l'autisme infantile


Le Prix Jeune chercheur 2007 de la Fondation
a été attribué à Mme Julie Vidal



La remise du Prix, d'un montant de 5000 euros a eu lieu le vendredi 22 Août 2008 dans la bibliothèque du Chateau de Saint-Senoch, par madame le Professeur Thérèse Planiol, Présidente Fondatrice de la Fondation, en présence de nombreuses personnes de la Fondation Thérèse et René Planiol, de l'association "Les amis de la Fondations", et de la Fondation Orange



Julie Vidal, le 22 août 2008 à Saint-Senoch


Julie Vidal a présenté sa thèse intitulée "Etude neurophysiologique des interactions auditivo-visuelles au cours du développement normal et dans l'autisme infantile", le 13 décembre 2007 à Tours.

Pour comprendre le monde dans lequel nous vivons et communiquer avec les autres, notre cerveau traite à chaque instant un ensemble d'informations sensorielles, en particulier auditives et visuelles. A l'inverse l'enfant atteint d'autisme est dans son monde car il a du mal à percevoir les informations sensorielles qui arrivent simultanément. Ainsi quand il regarde quelque chose, il semble ne pas entendre et quand il écoute il semble ne plus voir. L'équipe Inserm de Tours, créée par le Pr Lelord et le Pr Pourcelot, a été pionnière dans l'identification des mécanismes cérébraux qui sous-tendent ces processus d'association sensorielle chez l'adulte et l'enfant au cours du développement normal et pathologique. Le travail de thèse qui vient d'obtenir le prix de la Fondation Planiol a permis de mettre en évidence, grâce à des techniques récentes de neuroimagerie électrique, les anomalies du fonctionnement du cerveau qui témoignent des difficultés à associer les informations sensorielles auditives et visuelles dans l'autisme. Ces résultats renforcent l'intérêt de thérapies aidant ces enfants à associer des stimulations de nature différente leur permettant de percevoir leur environnement de façon cohérente, afin de mieux communiquer avec autrui.

Julie Vidal poursuit actuellement ce travail par une étude en neuroimagerie (IRMf et MEG) de la perception auditivo-visuelle du langage chez l'enfant avec autisme sous la direction du professeur Margot J. Taylor, dans le Department of Diagnostic Imaging, Hospital for Sick Children à Toronto au Canada où elle effectue un stage post-doctoral depuis le 28 janvier 2008. Elle bénéficie pour cela d'une bourse de la Fondation Orange (mécénat autisme/recherche).

Résumé de la thèse : Etude neurophysiologique des interactions auditivo-visuelles au cours du développement normal et dans l'autisme infantile

L'autisme est la forme la plus sévère des troubles envahissants du développement. Ce syndrome se caractérise principalement par des troubles des interactions sociales et de la communication, associés à des comportements restreints et répétitifs. Bien que n'entrant pas directement dans les critères diagnostiques, les particularités sensorielles sont également un signe majeur de la symptomatologie autistique qui handicapent les patients au quotidien. Or le développement des comportements adaptés nécessite une bonne perception de l'environnement dans son ensemble, prenant en compte les multiples informations sensorielles qui stimulent en permanence nos différents sens.
Notre hypothèse est que l'incapacité des enfants atteints d'autisme à avoir une perception globale et unifiée du monde qui les entoure serait liée à un dysfonctionnement cérébral de l'intégration multisensorielle, en particulier auditivo-visuelle.
Le but de ce travail a donc été d'étudier, au moyen des potentiels évoqués, les indices électrophysiologiques des interactions auditivo-visuelles au cours du développement normal et dans l'autisme infantile.
Pour cela, nous avons analysé les réponses sensorielles corticales auditive et visuelle ainsi que les interactions auditivo-visuelles estimées par la différence entre la réponse à des stimuli bimodaux et la somme des réponses aux stimuli unimodaux. Une analyse spatio-temporelle fine grâce aux méthodes de cartographie des potentiels évoqués a permis de mettre en évidence différents patterns d'interactions.
La première partie de ce travail avait pour objectif d'identifier chez l'adulte sain les corrélats électrophysiologiques des interactions auditivo-visuelles évoquées dans des conditions expérimentales applicables à l'enfant. Des effets ont été mis en évidence à des latences précoces et tardives, correspondant à des modulations des réponses générées dans les cortex sensoriels ainsi qu'à une activité spécifique à la bimodalité dans la région fronto-temporale droite. La deuxième phase a été consacrée à l'étude des réponses sensorielles unimodales et des interactions cross-modales au cours du développement normal, chez l'enfant âgé de 5 à 15 ans. Les réponses sensorielles de l'enfant sont différentes de celles de l'adulte et ne montrent pas les mêmes profils évolutifs en fonction de l'âge dans chacune des modalités auditive et visuelle ; la période 9-10 ans étant cependant une étape importante commune à la maturation des ces deux systèmes sensoriels. Bien que les patterns d'interactions auditivo-visuelles de l'adulte ne soient pas encore atteints à l'adolescence, des interactions relativement précoces (débutant avant 100 ms) ont pu être mises en évidence dès l'âge de 5 ans. De plus, l'effet frontal droit est retrouvé chez l'enfant et semble donc être un indice robuste des interactions auditivo-visuelles quelque soit l'âge.
La troisième partie du travail expérimental correspond à l'étude des réponses sensorielles unimodales et des interactions auditivo-visuelles chez des enfants avec autisme âgés de 5 à 15 ans, appariés à des enfants témoins de même âge. Bien que les réponses sensorielles soient relativement préservées chez les enfants autistes, les effets d'interactions mis en évidence dans les cortex sensoriels auditif et visuel ne sont pas retrouvés chez ces sujets. De plus, l'activité spécifique des interactions auditivo-visuelles enregistrée sur la région frontale droite chez tous les sujets sains est localisée à gauche chez les enfants autistes. Cette activité frontale gauche pourrait être un indice électrophysiologique des particularités sensorielles et cognitives observées dans l'autisme.
Ces résultats originaux nous permettent d'objectiver sur un plan neuro-fonctionnel l'évolution au cours du développement normal et pathologique de la réactivité corticale lors de la perception simultanée d'informations provenant de plusieurs modalités sensorielles. Ces données sont discutées en regard des théories actuelles de l'autisme et selon des perspectives de prises en charges thérapeutiques.

Présentée le 13 décembre 2007 à Tours

Laboratoire où a été réalisé le travail :Imagerie et Cerveau ", INSERM U930, Tours
Nom du directeir de thèse : Dr Nicole Bruneau



On en a parlé dans la Nouvelle République du Centre Ouest
et dans le Courrier Français de Touraine



Les actions de la fondation - Prix Jeune Chercheur

Réalisation et référencement Web Office | www.weboffice31.fr